Madame de Pompadour, cantatrice

<< Retour à l'agenda

Distribution


Magali Léger Soprano,


Les Paladins direction Jérôme Correas
Samuel CROWTHER, flûte
Claire SOTTOVIA, violon

Nicolas CRNJANSKI, violoncelle
Jérôme CORREAS, direction et clavecin

Programme


LE CONCERT EN STREAMING ICI

 

On connaît bien la Marquise de Pompadour maîtresse de Louis XV, protectrice des Arts et femme d’influence. On connaît moins l’extraordinaire formation de chanteuse, actrice et claveciniste que cette femme extrêmement cultivée reçut pendant sa jeunesse. 

Soucieuse de distraire son royal et neurasthénique amant, elle se produisit pendant sept ans sur la scène du Théâtre des Petits Appartements à Versailles puis dans son château de Bellevue.

 Organisatrice infatigable de spectacles, auteur d’un règlement très précis pour la troupe qu’elle constitue, la marquise est dotée d’une mémoire phénoménale, elle apprend ses rôles à une vitesse stupéfiante et l‘exige également de  ses partenaires qu’elle choisit parmi les dilettantes les plus doués de la Cour, ou parmi les chanteurs de l’opéra.

 Madame de Pompadour entend ainsi construire un projet très particulier, fondé sur l’exigence artistique et l’ouverture aux musiques nouvelles de son temps, tout en brillant de mille feux et se rendant indispensable au moral du roi.

C’est un portrait musical très intime que nous proposons à travers l’exploration des répertoires que la Marquise a interprétés, mettant en valeur une voix aigüe, lumineuse et virtuose, pour laquelle certaines des partitions présentées ici ont été spécialement composées. A travers le fonctionnement de sa compagnie, les rôles qu’elle choisit, les compositeurs qu’elle affectionne, ou les personnes dont elle s’entoure- musiciens renommés ou aristocrates autodidactes- se dégage un caractère  séduisant mais complexe, fait de force et de fragilité, d’ambition et de sensibilité,  confrontée aux nombreux écueils liés à sa position ambigüe d’ « amie du roi ».

Cet anniversaire de la naissance de Madame de Pompadour est ainsi l’’occasion d’évoquer une personnalité artistique éclairée injustement oubliée en tant que telle, et détentrice du fameux « bon goût » à la Française si recherché au XVIIIème siècle.