"Dans les rues de Naples"

<< Retour à l'agenda

Distribution


Jean-François Lombard et Jérôme Billy, ténors

 

Yuna Lee et Clara Muhlethaler, violons

Nicolas Crnjanski, violoncelle

Franck Rataczyk, contrebasse

 

Jérôme Correas, piano et direction

Programme


A Naples, la musique est partout : dans les théâtres, les églises, les cafés, les rues, elle accompagne chaque instant de la vie. Plus qu’ailleurs, le style savant et le style populaire s’entrelacent et s’influencent par le biais de la rue, lieu de fusion quasi magique où tout peut arriver. On y danse, on s’y bat, on y boit, on y mange, on y fait des processions, des achats, des mariages, des sérénades et concerts.


Comme le dit le proverbe : « A Naples, si on ne chante pas, on meurt ». C’est cette nécessité vitale, quasi douloureuse, que nous voulons célébrer. Les rues de Naples sont joyeuses et dangereuses, pleines d’odeurs et de saveurs. Tout est à célébrer, surtout la nourriture, avec ses marchés, ses étalages de fruits de mer qui dansent dans les casseroles et ses vins pétillants agréables aux gosiers des chanteurs.


Depuis des siècles, les rythmes populaires de la tarentelle et de la villanelle sont présents dans les Musiques napolitaines, comme chez Luigi Denza, auteur du fameux « Funiculi , Funicula », canzone composée pour l’ouverture du chemin de fer qui montait au Vésuve.
Il y a aussi Edouardo di Capua nous chantant son célebrissime « O Sole mio » qu’interprètent aussi bien les chanteurs d’opéras que les chanteurs de variété, en concert ou lors des repas familiaux.


Plus anciennes qu’il n’y paraît, ces chansons, inspirées des canzone napoletane de la Renaissance puis des airs d’opéra se transforment en mélodies apprises dès l’enfance.


Le parcours que nous imaginons dresse un portrait musical de la cité napolitaine et nous transporte dans ses quartiers, dans ses maisons, sous la conduite de deux ténors aux voix ensoleillées.


Dans le cadre de la soirée de présentation de saison du Théâtre de Corbeil-Essonnes.

Les Paladins sont artistes en résidence au Théâtre de Corbeil-Essonnes