« Le Combat de Tancrède et de Clorinde » - Monteverdi

<< Retour à l'agenda

Distribution


Direction musicale : Jérôme CORREAS
Mise en scène : Dan JEMMETT

 

Hadhoum TUNC, Soprano ................... Amour, une ingrate

Armelle MARQ, Soprano..................Une ingrate, & gurante

Melodie RUVIO, Mezzo Soprano ................Venus, Clorinde

Léo MUSCAT, Tenor ................................................Testo

Geoffroy BUFFIERE, Basse .....................Pluton, Tancrède

 

Anaïs CHARTREAU

Virginie DEVILLE, Comédiennes

 

Clara MUHLETHALER & Vivien STEINDLER, Violons

Benoit BURSZTEJN, Alto

Francoise ENOCK, Viole de Gambe

Nicolas CRNJANSKI, Violoncelle

Franck RATAJCZYK, Contrebasse

Samuel CROWTHER, Orgue, clavecin

Benjamin NARVEY, Théorbe, guitare

 

Jérome CORREASDirection et clavecin 

 

Arnaud JUNG, Création lumières 

Sylvie MARTIN – HYSZKA, Costumes - scénographie

Programme


Le Combat de Tancrède et de Clorinde 

Claudio Monterverdi

 

Semblable aux longues épopées que racontaient les troubadours, Le Combat de Tancrède de Monteverdi nous plonge dans un univers mythique et intemporel, rempli de violence et de passion.
Il est question ici d’amour et de haine, de guerre et de paix, et surtout de réconciliation : le long combat du chevalier Tancrède contre Clorinde, revêtue d’une armure et méconnaissable sous une apparence d’homme nous est conté par un narrateur dont le chant haletant et la parole bouleversée font participer le spectateur au drame qui se déroule sous leurs yeux. Le «suspense» de cette joute guerrière et amoureuse tient en haleine jusqu’à la dernière minute.
Cette forme de théâtre musical, extrêmement novatrice en ce début de l’époque baroque, place Monteverdi comme le tout premier des dramaturges contemporains : qui mieux que lui a su utiliser ensemble la musique et le texte comme des vecteurs d’émotions pures et intemporelles ?
Autour du Combat de Tancrède, et en guise de toile de fond, Il Ballo delle ingrate nous plonge dans une scène mythologique de convention, où l’on voit Venus accompagnée de son fils supplier Pluton de faire sortir des enfers les « ingrates», c’est à dire les femmes qui n’ont pas assez célébré l’amour de leur vivant. Un instant revenues à la lumière, elles comprennent enfin en retournant dans les ténèbres ce qu’elles ont perdu à jamais.
Non sans humour, Monteverdi, comme à son habitude nous fait voyager entre légèreté et drame, entre séduction et désespoir.
Hymnes à la vie, à l’amour et à la liberté, Le Combat de Tancrède et Le Bal des Ingrates sont plus que jamais d’actualité. Jérôme Correas et Dan Jemmett nous en livrent une version très théâtrale.